Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 23:33
2015. C'est mal parti...

Si seulement, j’avais eu le temps, hier soir, de traiter quelques photos et de rédiger l’article que je m’apprêtais à vous adresser, j’aurais pu vous présenter mes meilleurs vœux dans un concert de belles et joyeuses images.

Mais la brutalité du crime commis ce matin contre CHARLIE HEBDO par des brutes sanguinaires – méritent-ils seulement le nom d’hommes ? -, au nom de ce qu’on peut appeler une caricature de religion sortie d’un autre âge, m’empêche de voir la beauté du monde à laquelle je suis sensible, car elle nous est cachée d’un voile de sang et d’horreur.

2015. C'est mal parti...

Crime contre des hommes, dessinateurs, journalistes, dont les œuvres respirent le plaisir de vivre, l’intelligence et qui, pour cet idéal, ont osé se moquer de toutes les oppressions quelles qu’elles soient, pour ne pas en pleurer certainement, mais aussi surement pour montrer que nous ne devons jamais céder aux voleurs de liberté. Et il y en a ! Et ils sont trop nombreux !

Ils pratiquaient la dérision. Ils aimaient rire, Cabu, Wolinski, Charb, et les autres. Rire et nous faire rire de leur impertinence. Mais l’homme n’est-il pas capable de grandeur, tout comme de bassesse ? N’a-t-on le choix qu’entre l’autosatisfaction ou la flagellation devant nos actes ?

Ils pratiquaient l’insolence que je qualifie de salutaire, car elle montre que toute personne, quelle que soit sa position sociale, et surtout d'ailleurs si elle est haut placée, si elle possède du pouvoir, politique, intellectuel ou autre, n'est jamais plus qu'un homme. N’est-elle pas le luxe que permet la lucidité sur notre condition humaine ?

Crime contre des hommes qui ont eu le courage de résister à l’obscurantisme, aux oppressions de toutes sortes, au nom de la liberté. Plus que la liberté de la presse, c’est à mon avis de la liberté de pensée qu’il s’agit, de la liberté d’expression et du droit à l’humour et à l’innocence.

Crime aussi contre des hommes qui avaient pour mission de protéger cette liberté d’expression, les policiers, dont l’un fut littéralement achevé.

Un acte aussi abject, n’est pas seulement un attentat contre un journal, contre des hommes, c’est un authentique attentat contre la pensée, la morale, la philosophie, et le courage de les faire triompher envers et contre toutes les barbaries.

Il exige un châtiment à sa mesure. Cela dépendra du degré de tolérance de l’intolérance dont nos sociétés démocratiques sont capables.

Que vive Charlie Hebdo ! Que vive la liberté de pensée et d’expression !

Repost 0
Published by morvane - dans Philosophie
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 21:33
Rodin le penseur

Longtemps réservée aux privilégiés des classes terminales, la philosophie concerne tout un chacun. Nombreux sont  celles et ceux qui ne supportent plus d'en avoir été écartés et qui souhaitent être initiés à... ce savoir?... cette façon de vivre?... ce bonheur?... Au fait, quoi exactement?

Je vais tenter, à l'aide de mes connaissances, de mon expérience et de mes réflexions, d'apporter un éclairage personnel à cette passionnante question.

 

 

Vous avez bien dit "Philosophie"?

Aussitôt, certains tournent la tête, comme on se détourne d'une chose qu'on ne veut pas voir, comme on met ses mains sur les oreilles pour ne pas entendre. Ou bien, à l'idée d'une chose ennuyeuse et terriblement compliquée, qu'il vaut mieux éviter ! Souvenir peut-être de dissertations IN-TER-MI-NA-BLES, à ne pas savoir quoi dire, sauf qu'il faudra en écrire quand même quelques pages !

D'autres ont goûté le nectar, il y a longtemps. Très longtemps. Ils lèvent haut les sourcils, grimacent une moue perplexe, laissent dériver loin le regard... au souvenir potache d'une discipline insaisissable, subtile, infinie, séduisante et ardue, essentielle... mais hélas oubliée. C'est la vie !

D'autres encore ironisent : la philo ? Des choses à dormir debout, intelligentes, certes ! Mais que de cheveux coupés en quatre ! Concepts à désespérer les neurones les plus acharnés.

Raison torturée.

Méninges suppliciées.

En cherchant les preuves de l'existence de Dieu, Descartes, croyez-le si vous voulez, moi je l'écris en lettres rouges : Descartes m'a tuer...

Est-ce que je me trompe ?

Et maintenant, si on faisait un petit rappel ? Histoire de voir si la philosophie, c'est utile ou pas du tout ? Recommandable ou non ?

Alors, Êtes-vous prêts à continuer ?

 

Précision : Autant vous dire tout de suite que je n'ai pas l'intention d'empiéter sur le domaine des "pros" de la philosophie, universitaires, écrivains - je les citerai à l'occasion et les coucherai dans ma bibliographie. Cela ne veut pas dire que je m'autorise à écrire n'importe quoi - je vérifierai mes affirmations et signalerai mes doutes. Avant tout, comme dans l'ensemble de mes articles, je me revendique "dilettante" au sens positif, à savoir quelqu'un qui s'intéresse à tout, sérieusement, mais qui, de ce fait, ne peut être spécialiste de tout. C'est pour cette raison que je suis ouverte à la critique. Alors, ne vous génez pas !

 

Va pour les grands mots : Qu'est-ce que la philosophie ?

Ou si vous préférez les mots de tous les jours : La philosophie, c'est quoi ?

Commençons par le plus simple. Si je vous dis "philosophie", vous pensez à ...

  • Des mots. Des mots que l'on croit connaître si bien que cela ne nous vient même pas à l'idée de les chercher dans le dictionnaire : la morale, (même l'éthique est devenue familière de nos jours), la connaissance, la réflexion, l'engagement, la vérité, la liberté, la justice, etc. D'autres, par contre, qu'on ne sait par quel bout prendre : la métaphysique, l'essence, la transcendance, l'ontologie...
  • Des formules, des phrases étonnantes : "Soi-même comme un autre"... ou bien "Il n'est pas certain que tout soit incertain"... ou encore "L'homme est un animal métaphysique"...
  • Des savoirs. Immenses. La philosophie englobe tout, a réponse à tout. il n'y a pas un domaine dans lequel elle n'ait mis son grain de sel. et pourtant, elle doute en permanence. Elle prend d'énormes précautions pour poser les problèmes, pour dire les choses !
  • Des attitudes. pour réfléchir, il faut du temps. La philosophie nous invite à penser. réfléchir. revenir à soi. Et pour cela, cesser de s'agiter, s'arrêter et même se retrancher du monde. La Tour d'ivoire !  Celle de Montaigne, du moins sa "librairie", c'est-à-dire sa bibliothèque. On peut la visiter dans la région de Bordeaux dont Montaigne fut maire, au XVIe siècle. La pensée ne fait pas spontanément bon ménage avec l'action, hormis pour certains penseurs "engagés". elle serait un obstacle à l'action qui, souvent n'attend pas. D'ailleurs, quand quelqu'un réfléchit longtemps et n'arrive pas à se décider d'agir, se perd à peser le pour et le contre, hésite sans fin devant le choix des possibles, on entend : "Tiens! Sûrement un philosophe !"
  • Des vérités ou du moins des évidences : "Je pense, donc je suis" (Descartes). des affirmations surprenantes au premier abord : "je sais que je ne sais rien" (Socrate).

Socrate-et-ses-disciples-jpeg

Le sculpteur anglais Harry Bates, en 1883,  a représenté Socrate, entouré de ses disciples,  sur ce bas-relief en marbre.

Et le philosophe ?

           On le voit comme le maître des mots. il n'a pas son pareil pour déceler les plus subtiles nuances du langage? il parle très bien, quoiqu'on ait souvent du mal à suivre sa pensée, car il aime faire de grands détours pour prouver des idées simples. Vous vous souvenez sans doute de de cet humoriste plein de talent, Pierre Desproges. il avait dit dans un de ses spectacles :

"Quand un philosophe me répond, je ne reconnais plus ma question !"

Il est vrai que le philosophe a toujours le dernier mot, parce qu'il possède l'art de poser de nouvelles questions; il a le courage de se remettre en question et nous amène à en faire autant pour apprendre à nous connaître.

Le célèbre Socrate, au IVe siècle avant J.C. a payé cet art de sa vie ! Par ses questions, il poussait ses adversaires dans leurs derniers retranchements, jusqu'à ébranler leurs certitudes. Sa méthode, qu'on appelle "la maïeutique" consistait à "accoucher les esprits", autrement dit à leur apprendre à se servir de la raison pour penser juste. Inutile de préciser qu'il s'est fait un paquet d'ennemis ! En effet, les "grands esprits athéniens" qui prétendaient posséder le Savoir, ne pouvaient tolérer Socrate qui les mettait sans cesse en défaut, en démontrant leurs contradictions et leur vanité, lui qui affirmait avec modestie : "Je sais que je ne sais rien!" Hélas! Ils ont fini par l'accuser de corrompre la jeunesse par son enseignement et l'ont condamné à mort.

Dans cette première exploration, je vous ai proposé d'évoquer un certain nombre de clichés, voire de préjugés que nous avons. Chacun se représente ce concept selon sa culture, son degré d'études, ses observations... Il y a cependant du vrai. Mais, il reste beaucoup à faire pour cerner notre problème. Il faut aller plus loin.

Ce sera le sujet de notre prochaine étape.

Repost 0
Published by morvane - dans Philosophie
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 23:56

 

Boris Vian écrivait  :


"Les journaux sont pleins de cauchemars

On se tue du matin jusqu'au soir

La police est sur les dents

Celles des autres évidemment

L'honnèt'té se vend au marché noir

On annonce la hausse des rognons

On dénonce la peau sur les ognons

Soyons ferme mes amis

Je ferai baisser les prix

Mais d'abord, donnez votre pognon

...

On vous dit : la lutte est terminée

Célébrons le règne de la Paix

Embrassons nos agresseurs

C'est des frères et c'est des soeurs

C'est fini : on s'battra plus jamais

Le lend'main sur le coup de midi

L'oeil féroce, de gros barbus s'écrient

Mourir quand on a vingt ans

C'est le destin épatant

Tous en armes, et sus à l'ennemi."


Extrait du poème "Chantez", paru dans : Textes et chansons (10/18)


  ♦

 

L'homme depuis toujours s'obstine à rêver d'un progrès qui rendrait l'humanité meilleure, plus ...humaine.

Connaître la paix !

Ne plus trembler quand l'enfant devrait être rentré de l'école,

Quand un regard mal interprété peut vous faire perdre la vie,

Quand sitôt éteintes à nos portes, les guerres de religion éclatent ailleurs,

Transformant la terre entière en une vaste Saint Barthélemy

Quand le cynisme , la mauvaise foi et la cruauté triomphent partout,

jusque dans les cours de récréation,

Quand la vertu est bafouée au nom de l'individualisme - Je le vaux bien puisque c'est mon choix !

Quand l'apparence est préférée à la vérité, le mensonge et la fanfaronnade devenus un mode de gouvernement,

Quand les privilégiés n'ont pas honte de se vautrer sous nos yeux dans la vulgarité et la bonne conscience,

Et osent encore donner des leçons de civisme, de morale et de philosophie,

Assurément ils ne savent pas de quoi ils parlent !

Quand l'égoïsme et l'intérêt personnel se cachent sous le drapeau de la Liberté,

Alors,

Ne cédons pas aux sirènes assourdissantes du désespoir

Chuchotons-nous à l'oreille des paroles encourageantes pour envisager l'avenir !

 


2012-06-17 Tableau Poires copie

Un jour, la vie funambule surfera à nouveau sur les vagues...

Morvane (Acrylique sur toile).

 

A mes lecteurs et lectrices :

Merci pour votre attention bienveillante et Meilleurs voeux !

 

Repost 0
Published by morvane - dans Philosophie
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 23:23

La philosophie n’a pas d’âge

Ou … Il n’y a plus d’enfant ! 

 

Dans la région de Toulon, il y a beaucoup de forts, de batteries, qui servaient à surveiller la mer et prévenir toute attaque.

Aujourd’hui, comme le fort Balaguier dont j’ai parlé précédemment, beaucoup sont devenus des lieux de promenade et des musées avec des expositions diverses : archéologie, faïences anciennes, santons de Provence, costumes traditionnels, etc.


Batterie-du-Cap-Negre--1-.jpeg(Photo extraite du Journal municipal de Six-Fours)

 

C’est ainsi que j’ai eu l’occasion, il y a quelques années, de flâner dans le Parc de la Méditerranée, à Six Fours les Plages, où se tient la batterie du Cap Nègre. L’entrée est libre, aussi la plupart des promeneurs viennent lui rendre visite en famille, le dimanche. C’est une bonne occasion d’éveiller la curiosité des enfants pour autre chose que les loisirs habituels que leur offre le monde moderne.


Batterie-du-Cap-Negre--2-.jpeg(idem)

 

Il était ce jour-là question d’archéologie et aussi d’anthropologie. Certains plaignaient beaucoup nos malheureux ancêtres qui avaient bien dû en baver pour découper les peaux de bêtes avec les silex. A la condition d’avoir auparavant réussi à tailler les silex ! Et les arbres, sans tronçonneuses ? Etc.

A la fin, le clou de l’exposition : quelques fossiles humains permettaient d’imaginer l’évolution de l’espèce humaine. 


Crane-de-Neandertalien--l-Homme-de-la-Chapelle-aux-Saint.jpg  

La vitrine était assez basse et les enfants pouvaient sans peine les observer. A côté de moi, un petit garçon d’environ trois ans, pas plus, écoutait avec grande attention les explications que lui donnait son père.

-        Alors, tu vois, là il y a son crâne, là sa bouche et ses dents, là ses yeux… »

L’enfant observait sans rien dire, perplexe. On sentait bien qu'autre chose le préoccupait. Puis, soudain, il s’exclama :

-        Mais, où il est, le monsieur ? »


J’ignore la réponse du père car il fallait laisser la place aux visiteurs qui affluaient dans la petite salle. J’imaginais sa surprise. Assurément, son enfant chéri venait de lui poser une sacrée colle !

Néanmoins quelle pertinente question !

Voilà un petit gars de trois ans qui venait, sans le savoir, de mettre le doigt sur l’origine de la philosophie, plus particulièrement de la métaphysique : « Où allons-nous ? » Interrogation finale qui inspira Paul Gauguin dans la célèbre toile :

« D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? »

 Paul-Gauguin-D-ou-venons-nous-.jpg

 


Toute l’histoire de la philosophie a consisté à tenter de répondre à ces questions essentielles. Tout en ayant conscience qu’aucune des réponses n’était sure. Le philosophe étant celui qui doute.

Toutes les religions également. Elles ont affirmé détenir la Vérité, la Parole, le Verbe. Le religieux n'ayant pas besoin de preuves, il croit.

La science, elle, par ses méthodes objectives, a fait considérablement avancer le savoir et permet de répondre de mieux en mieux à la question des origines et de la nature physique et psychologique de l’homme. Le scientifique observe, élabore des hypothèses, les vérifie et n’affirme que ce qu’il est a pu prouver. Alors, la métaphysique...!

Que nous reste-t-il si aucune de ces manières de penser ne nous satisfait totalement ?


L’imagination, cette merveilleuse faculté, largement dopée par l’angoisse, l’espoir, l’envie irraisonnée de rester toujours là, sur notre bonne vieille terre !

Celle-là même qui conduit à construire pyramides, mausolées, temples et cathédrales, palais, œuvres d’art de toutes sortes, encyclopédies, traités de mathématique et poésie…

Celle qui nous dit

inlassablement

que chaque effort que nous faisons vaut la peine !


 

Repost 0
Published by morvane - dans Philosophie
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens