Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:32

 

Elle se fait un écran de ses cheveux

 

Le-portrait-dissimule-1.JPG


Pour ne pas que l'on sache

            D'où viennent les peurs orageuses

                     Qu'elle contient à peine et lui sont si douloureuses.

 

Le-portrait-dissimule-2.JPG

Elle aimerait les abandonner

           Comme on secoue le sable collé aux jambes

                       En rentrant de la plage.

 

Le-portrait-dissimule-3.JPG

Autour d'elle la vie paraît si tranquille !

            C'est ce qu'elle imagine solitaire

                                Tout à son aveuglement.

 

Le-portrait-dissimule-4.JPG

De quoi se protège-t-elle donc ?

                Sinon du silence qui lui serre la gorge

                               Et lui interdit l'insouciance ?

 

Texte & tableau sont signés par Morvane et protégés par copyright.

Partager cet article

Repost 0
Published by morvane - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Martine Gilbert 26/04/2013 17:54


Ces Variations autour du portrait dissimulé se déploient en colorations changeantes et en scintillements, avant que de s'habiller de teintes ombragées pour dérouler les voies du Désir et
effleurer les mystères de mondes tout ensemble oniriques et féminins.De l'incandescence à la tristesse. De la splendeur de la lumière au repliement feutré sur une douce mélancolie.


Les tableaux provoquent une émotion esthétique en enluminures et éblouissements: clarté irisée de la chair de la jeune femme; miroitements détoffes délicates et
diaprées qui révèlent la tendresse veloutée des formes et la sensualité du corps féminin.


Le fauve flamboyant de la chevelure réveille quelques images baudelairiennes, enrubannées de sensations triomphalement sensuelles inspirées au poète par Jeanne Duval. La chevelure, prétendue
voilage, éclate comme un trophée emblématique de  séduction et de beauté. 


Chaque portrait laisse à découvrir une mise en scène de l'abandon. Abandon au regard de l'aimé, de l'amant; au regard esthète d'un amoureux de la peinture; à celui enfin, allusif
ou évasif, du promeneur dans une galerie.


Letexte suit le cours des tableaux qui s'enchaînent ou se juxtaposent dans des effets spéculaires. Le poème suggère , en bordures liminales et à discrétion, quelques perspectives pour
le regard et l'interprétation. De quels instants les grains de sable collés sur les jambes au retour de la plage sont-ils les confidents? Peut-être d'heures d'écume et de soleil gommées par
le Temps fugitif ou par les orages du coeur et de la vie.


Les Variations autour du portrait dissimulé élaborent de subtiles et chatoyantes analogies entre Le féminin et le sacré, pour faire
référence ici à l'ouvage de Cathrine Clément et Julia Kristeva. Editions STOCK,1998:"Il arrive que l'essentiel, pour une femme, apparaisse comme ce qui se partage avec d'autres femmes (...)
Existe-t-il un sacré spécifiquement féminin? " 


Martine Gilbert

Gabray 20/04/2013 09:37


J'aime ce type de photos qui sort de l'ordinaire,


j'ai fait un peu la même chose avec des rochers .


Merci pour ce superbe partage ...


Cordiales amitiés & à +    

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens