Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 10:10

 

L’ocre, qui se décline du rouge sombre au jaune safran, fut sans doute une des premières couleurs à être utilisée par les artistes de la Préhistoire. Elle est présente dès le début, dans les peintures rupestres. Les Romains l’ont exploitée. Au Moyen Âge, elle a permis la peinture de nombreuses fresques et décoré nombre d’églises et de cathédrales… Aujourd’hui, elle ensoleille les maisons, illumine les bois et les céramiques, jusqu’au visage des élégantes, car elle est présente dans les fards et les poudres !

 

Je vous invite à voyager au coeur du pays des ocres de Provence, en particulier celles de la région d'APT, dans le Vaucluse.

Je vous conduirai sur le site impressionnant des carrières de BRUOUX, puis au coeur de l'usine MATHIEU, désaffectée aujourd'hui. Quoique...

 

 Apt. Région des Cheminées de Fées

  Paysage du nord-ouest de la ville d'Apt. on y distingue derrière les pins, de belles "cheminées de fée" rougeoyantes.

 

Dans le Lubéron, l'ocre a été exploitée à ciel ouvert et dans les mines. Elle exigeait beaucoup de main d'oeuvre et de temps, comme on le verra plus tard. Aussi l'essor de l'industrie chimique lui porta un coup sévère.

 

Aujourd'hui, elle est beaucoup moins exploitée et les entreprises ont dû, pour continuer d'exister, se moderniser et diversifier leurs produits.

La complémentarité des pigments naturels dont la qualité est de mieux résister à la lumière, et des pigments de synthèse obtenus par réaction chimique, qui ont l'avantage d'avoir un grain plus fin, permettent d'espérer un avenir positif. Les deux ont la particularité de se mélanger parfaitement entre eux, donnant d'infinies nuances.

D'autant plus que l'on sait que l'ocre ne pollue ni les hommes, grâce au filtrage maîtrisé des poussières, ni la nature, pas plus qu'elle ne nuit à l'environnement. Les grandes quantités d'eau nécessaires sont pompées et réinjectées dans le circuit.

Comme quoi tradition et progrès ne sont pas forcément antinomiques.

La curiosité et l'admiration des touristes permettent, par la manne conséquente qu'ils amènent, non seulement la conservation de la mémoire, mais de nouvelles activités comme celles du Conservatoire des ocres.

 

Bruoux.-La-Mine-d-ocre.jpg

Arrivée sur le site de BRUOUX.

 

Entree-de-la-visite.jpg

C'est ici que l'on entre dans le royaume d'Hadès !

Plus d'un a dû y penser en creusant du matin au soir, dans la quasi obscurité et le froid, s'efforçant d'oublier la peur qui déchire, à l'idée des possibles effondrements ! Et les blocs lourds qu'il faut détacher sans les lâcher, sans les laisser écraser, briser, anéantir le corps des hommes !

 

De 1880 à 1950, dans ces hautes falaises-là, des hommes ont creusé à la main, à l'aide de simples pics, pioches et pelles, à la lumière des lampes à huile d'olive d'abord... Oui ! Parce qu'elle éclaire mieux et dégage moins de fumée, puis des lampes à carbure, une quarantaine de kilomètres (certains disent cinquante.) d'immenses galeries - j'ai envie de dire "nefs" - larges de 3 mètres et hautes de dix à quinze mètres.

Cathédrales ! Pas pour célébrer Dieu, mais la Nature qui nourrit et meurtrit à la fois, depuis toujours.

 

La-Porte-des-Enfers.jpg

Derrière cette porte, il nous faudra suivre les petites Perséphone que sont les guides, armées de puissantes torches et sures d'elles. Tant mieux !

 

La visite est très encadrée. Pas question de faire cavalier seul (on comprend vite qu'il faut suivre le groupe de près), ou de prendre des photos ! Nous resterons donc sur notre faim, mais il y a de bonnes raisons à cela.

D'abord, il y fait sombre. Très sombre même. Des veilleuses ponctuent le parcours et il n'est pas rare de s'adresser à un inconnu, croyant parler à son conjoint ! Et si le parcours de 650 mètres environ est sec, on devine plus qu'on aperçoit quelques bassins remplis d'eau, qui n'incitent pas à la baignade !

La visite est donc guidée. Chacun reçoit un casque, dès fois que... et un N.U.M.E.R.O. ! Il est vrai que l'imprudent qui éprouverait une forte bouffée d'individualisme et ferait EXPRES de se laisser distancer, par exemple pour faire quelques photos en douce! - difficile tout de même, car les guides ont l'oeil ! - connaîtrait la frayeur de sa vie, en cherchant son chemin dans les quarante kilomètres  de galeries et la pénombre.

A la sortie, le compte doit être bon !

 

Orphee-ne-revient-pas-seul-.jpg

Par ici, la sortie ! Orphée ne revient pas seul !

 

Un peu d'histoire :

- 1785 : Jean Etienne Astier découvre comment séparer l'ocre du sable. Il sera le premier fabricant d'ocres. L'exploitation de Gargas durera jusqu'en 1848. A cette époque, les blocs étaient transportés à dos d'âne, dans des couffins appelés "bannées".

- 1877 : La création des chemins de fer permet d'acheminer plus facilement l'ocre à Marseille, et de là, dans le monde entier. Marseille reçoit d'ailleurs les ocres d'autres régions de France, notamment de l'Auxerrois et de la Bourgogne.

- XIXe siècle : Le pays d'Apt compte une centaine de carrières et 25 usines qui emploient de nombreux ouvriers, jusqu'aux paysans qui complètent leurs revenus, l'hiver, en portant aux usines l'ocre ramassée sur leurs terres.

- 1928 : La production s'élève à 40 000 tonnes dont 90% sont exportées.

- 1938 : La production divisée par deux signe le début du déclin.

- 1974 : Au bord de la ruine l'usine est rachetée et prend un nouveau départ.

- De nos jours, la production atteint 1300 tonnes environ par an.

 

Les utilisations de l’ocre sont nombreuses et surprenantes pour un néophyte. En effet, elle sert à la fabrication des peintures, dans le bâtiment (enduits de façade, peintures du bois, du fer, même sous-marines, en décoration intérieure, comme épaississant (fabrication du linoléum),  toiles cirées, céramique, cartons, colles et même en pharmacie. Elle est aussi la matière préférée des artistes peintres en herbe ou professionnels !

 

Outils-traditionnels.jpg

Des outils traditionnels

 

 

Tonneaux---Blocs-d-ocre.jpg   

Faute d’une petite mise en scène dans la mine, une exposition composée d’outils, de photographies, de blocs bruts arrachés à la terre, se laisse regarder à l’issue de la visite. On peut aussi acheter des pots d’ocre de différentes couleurs.

 Theatre-naturel.jpg

Le site permet aussi d’apprécier des spectacles et de profiter d’une halte, agréable aux promeneurs, dans le sous-bois.

Une-halte-ombragee.jpg

 

Après avoir évoqué l’extraction, nous suivrons le traitement de ces blocs jusqu’à l’obtention des couleurs définitives. A quelques kilomètres, sous les pins, au Conservatoire des Ocres.

Vers-St-Saturnin.-Paysage-d-ocre-de-Provence.jpgSur la route de Saint-Saturnin

 

La richesse du sujet et la quantité des photos m’obligent à traiter la visite suivante en une ou peut-être deux fois. Effectivement, comme il s’agit d’un processus de fabrication, le respect des étapes est indispensable à la compréhension.

J’aurais le plaisir de vous retrouver dans un avenir très proche.

Pour plus d'informations sur la formation de l'ocre et la région du Lubéron, consulter :

  • L'article de Jean Marie Triat (Université d'Aix-Marseille) sur la formation géologique.
  • Le site ocres-de-france.com à propos de la fabrication de l'ocre et des questions relatives à l'environnement et à la pollution.
  • Les sites des entreprises et des collectivités locales et régionales.
  • Wikipédia.
  • Mais le mieux est encore d'aller voir de ses propres yeux ce site où la nature donne tant à l'homme, depuis si longtemps. Pour ce faire, je vous invite à consulter le site de la région elle-même : http://luberon.fr/tourisme/balades/randonnees/annu+sentier-des-ocres-de-roussillon+3821.html

 



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

martine 28/03/2013 11:51


Les élèves de la section ferronnerie d'art du lycée Paul langevin de la Seyne sur mer ,vous remercient d'avoir écrit un article sur leur et leur travail en ferronnerie d'art .


Je suis trés fier d'avoir participé à ce projet.


Haickel MOUSSA terminale CAP Ferronnerie

writings2 18/03/2013 09:16


Le titre intrigue et quel article, très intéressant, bien documenté, avec de belles photos.

Randonnée et Nature 17/03/2013 14:05


Je connaissais le secteur des carrières d'ocres d'Apt mais n'avais jamais visité l'intérieur. Bel article. Cordialement. C&B

Corentin 17/03/2013 09:34


Quel article très intéressant : j'adore !


Merci pour ces informations et ces belles photos ...


Merci pour ta belle participation à notre communauté ...


Sincères amitiés et bon dimanche  

nicolerey81 17/03/2013 05:15


Merci pour ton article qui est extrèmement documenté et trè interessant


les photos sont belles mais le 'guide" indispnsable et tu en es un de bien compétent


nicole81

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens