Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 10:28

 

Intimités d'automne

 

Tiens, voilà l'automne!

Mélancolie pour les uns, qui ne voient que l'été agonisant!

Joie pour les autres, qui admirent l'explosion des milliers de tons chauds et la douceur

enveloppante, où percent d'innocents frissons!

 


DSCF4156      

 

Il y a dans l'automne quelque chose d'intime. Et tant qu'il ne pleut pas, la douceur des beaux jours nous est voluptueuse. C'est une coquetterie de la nature qui veut s'éteindre en beauté !

Alors, l'homme que l'hiver effraie, arpente les bois, les monts et les vallées,  pour s'imprégner de cette dernière énergie. Tous ses sens sont en alerte, les odeurs des sous-bois, le craquement des feuilles et des brindilles, le moelleux des mousses, le goût acide des mûres sauvages.

Mais comme il aime aussi contempler les oeuvres créées de ses propres mains, nées de sa propre  imagination  et de son angoisse absolue devant son propre devenir, il aime admirer ce qui reste du passé, tangible quoique ruiné des fois. C'est peut-être pour cela qu'il restaure avec frénésie ! 

Il tente aujoud'hui plus que jamais, il faut lui en reconnaître la modestie, de réconcilier, d'harmoniser la nature et la culture.

 

 

J'ai choisi, quel déchirement tant il y a de splendeurs ! un petit coin perdu dans le Lubéron, qui m'a bien donné à rêver, lorsque je l'ai découvert.


 DSCF4109.JPG

 

Venant du sud de la France, je me dirigeais vers le nord. en prenant l'école buissonnière, c'est-à-dire en traversant le Parc régional du Lubéron. Je suivais la route départementale 943, quand  à mi-chemin entre Lourmarin et Apt, de Bonnieux à l'ouest à Buouix, le pays des ocres de Provence, à l'est, j'aperçus surgissant de l'exubérante mer végétale des pentes du Lubéron, le campanile du Prieuré de Saint-Symphorien.

Surprise totale ! Malgré une légère pluie, et faute de pouvoir l'admirer de plus près, je décidais de prendre au moins quelques photos, en attendant de revenir.

 

DSCF4111.JPG

 

 

Le campanile, qui a été restauré en 1960, date du XIIe siècle, peut-être même avant. C'est un des plus beaux de Provence. Il est flanqué de deux chapelles restaurées elles aussi vingt ans plus tard. On sait qu'il fut très prospère pendant tout le Moyen Âge.

 

En effet, les prieurés, qui dépendaient des abbayes, jouaient un rôle non seulement sprirituel, mais temporel car ils vivaient de leur travail, et amassaient des richesses avec lesquelles ils alimentaient les marchés. Ils faisaient donc vivre du monde et possédaient terres, biens et rentes. De plus, ils jouaient un rôle culturel non négligeable, comme seuls détenteurs de savoirs.

 Malheureusement, aujourd'hui, celui qui nous intéresse appartient à des personnes privées, par conséquent il ne se visite pas.

 

    DSCN2768 Automne à Thor. copie

 

Il n'en demeure pas moins magnifique et secret, en cette saison, cause de la déclinaison des rouges, ocres, oranges et jaunes.

 

Enfin, l'automne, c'est aussi la nostalgie car aucune saison ne nous fait autant sentir la fin de quelque chose, la mort de l'enfance, des plaisirs insouciants... Je terminerai  mes divagations  par ce poème inédit:


"On ne sait pas encore que la feuille qui tremble rêve

Comme nous

D'un au-delà pareil

Au soleil cotonneux dont elle s'envelopperait

 

Feuille-paupière

C'est ainsi qu'elle se voit

 

Sous la frange mordorée des cils elle imagine

L'éclair bleu  d'un songe qui la délivrerait de la convoitise

Du temps

 

Mais a-t-elle raison de s'égarer si près de l'astre assoiffé

Qu'elle croit simplement assoupi ?

 

Feuille anonyme

C'est ainsi que nous la voyons

Celle-là ou une autre

Epelée comme lettre de l'alphabet


Comment croire qu'elle ait si peur du sol qui l'attire ?

Craint-elle de deviner dans le rouge de sa robe la naissance inexorable du vide ?

 

On s'attarde le long des chemins d'automne

Les yeux brisés de solitude

Sans voir

Sans entendre autour de nous comme autant de secrets murmurés

Les petites chansons de la vie."

 

Morvane (copyright)

DSCF6505.JPGDans la vallée de l'Ubac.

Partager cet article

Repost 0
Published by morvane - dans Voyages
commenter cet article

commentaires

Martine Gilbert 02/02/2013 13:35



Souvenirs, précieux et dérisoires, comme est tragiquement dérisoire et infiniment précieuse, cette feuille d'automne endormie qui, dans votre poème, se métamorphose en lettre d'alphabet, belle
image de nos terres d'enfance et des saisons intimes de notre cœur.



Martine Gilbert

Christine Bedenne 13/10/2012 18:31


Bonsoir Simone


l'automne et une saison que j'aime,


saison ou le ciel s'accorde avec la terre


où les gris et les jaunes se déclinent a l'infinie


Où l'eau enfin abreuve les terres arides


Où l'on récolte les dernier fruits de l'été


mais désolé il n'y a plus de mures sauvages sur les ronciers il falait venir plus tôt.


L'automne c'est le bouquet final d'un feu d'artifice que nous offre la nature.


Bises à toi et a bientôt


Christine

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens