Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 22:43
Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

On entre sur la pointe des pieds dans ce lieu de charme, né de la passion d’un botaniste du XIXe siècle, Eugène MAZEL. On entre aussi sur la pointe du cœur et j’irais même jusqu’à dire sur la pointe de l’âme, tant le célèbre parc inspire de quiétude, sérénité, méditation toute extrême orientale.

Première & 4e de couverture du Livre de poche.
Première & 4e de couverture du Livre de poche.

Le domaine, situé au cœur des Cévennes, dans le département du Gard, appartient depuis 1902 à la même famille qui n’a de cesse de le mettre en valeur pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Les douze hectares environ du parc sont ouverts au public depuis 1953, date à laquelle il a servi de décor à certaines scènes du film « Le Salaire de la peur », avec Yves MONTANT et Charles VANEL, d’après le roman de Georges ARNAUD.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

Des milliers de personnes peuvent s’y côtoyer, s’y croiser, sans jamais se gêner, tant est forte l’attirance commune pour les mises en scène harmonieuses du monde végétal. L’entrée se fait par la grande allée des séquoias, premier contact avec le grandiose et la fraîcheur constante.

Plus loin, le village laotien, encadré de bouquets, ici de bambous, là de bananiers. Les animaux de la ferme ne sont pas effrayés par le passage incessant des visiteurs. Peu d’allées droites, peu d’angles aigus. La promenade suit les lignes douces des sinueuses allées. Tiens, un labyrinthe ! Les enfants ne se font pas prier pour l’investir, aussi est-ce le seul endroit où le monde s’agite ! Là-bas, voici les traits rouges d’une porte asiatique, invitation à pénétrer dans le merveilleux Vallon du Dragon, ainsi nommé parce que l’eau du Gardon détournée dessine la forme d’un dragon…

Nous circulons le long d'une haie de bambous impressionnants puisque l'on sait qu(ils peuvent mesurer de 15 à 25 mètres !

Au détour du chemin, voici dans la verdure, poindre les toits du village laotien.

A l'entrée, une petite construction de bambou, sur pilotis, comme une maison de poupée, n'est autre que le "Palais des génies du village", à qui sont traditionnellement offertes des offrandes, en mémoire des ancêtres.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.
Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

A côté du jardin, l’enclos des cochons d’Asie, aux pattes courtes qui obligent leur ventre à frôler le sol, pour ne pas dire trainer par terre.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

Se servir de bambou en guise de jardinière, pourquoi pas ? A la condition que ce soient de très petites plantes !

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.
A deux pas de ce tronc éléphantesque, une vision pachidermique (mammouth?), fait voyager aussi dans le temps.
A deux pas de ce tronc éléphantesque, une vision pachidermique (mammouth?), fait voyager aussi dans le temps.

A deux pas de ce tronc éléphantesque, une vision pachidermique (mammouth?), fait voyager aussi dans le temps.

Soudain, au milieu de la végétation luxuriante où toutes les nuances de vert sont réunies et frémissent ensemble, voici le rouge et le noir de la porte qui annonce le Vallon du Dragon. Le rouge franc donne de la solennité au lieu annoncé et répond en même temps aux lignes droites des bambous.

Soudain, au milieu de la végétation luxuriante où toutes les nuances de vert sont réunies et frémissent ensemble, voici le rouge et le noir de la porte qui annonce le Vallon du Dragon. Le rouge franc donne de la solennité au lieu annoncé et répond en même temps aux lignes droites des bambous.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.
Parmi les tons apaisants de verts et de bleus, les petites explosions rouges des érables ponctuent le paysage.
Parmi les tons apaisants de verts et de bleus, les petites explosions rouges des érables ponctuent le paysage.

Parmi les tons apaisants de verts et de bleus, les petites explosions rouges des érables ponctuent le paysage.

Dans l'eau claire, détournée du Gardon, une carpe nage en toute tranquillité.
Dans l'eau claire, détournée du Gardon, une carpe nage en toute tranquillité.

Dans l'eau claire, détournée du Gardon, une carpe nage en toute tranquillité.

Les visiteurs ne parlent pas : ils murmurent, tant la magie du lieu les impressionne. Tous sont en contemplation. Sous leurs yeux, il assistent à la rencontre entre la nature et l'homme. L'homme avec l'imagination qui le pousse à créer, inventer, lui donne la volonté et la force de réaliser ses rêves et de les partager. Ils contemplent et s'imprègnent de l'harmonie magique régénératrice. Chacun éprouve plus ou moins consciemment cette étrange sérénité que les Extrême-Orientaux appellent le Zen.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

La promenade continue. C'est le moment de voir les serres MAZEL avec leurs collections de cactus et de plantes carnivores.De jeunes touristes allemands aimeraient bien capturer quelques mouches, pour les voir dévorer par ces fleurs aux gueules d'aiguière !

Ici, les lieux sont différents. Les forêts ont laissé place à une grande esplanade où l'on circule entre les tonnelles et quelques bassins. Nous sommes dans le jardin des Bassins d'Eugène.

Domaine des poissons et des plantes aquatiques.

Domaine des poissons et des plantes aquatiques.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

Une carpe Koï tente sa chance auprès des touristes. Elle espère beaucoup des enfants.

Fleur de lotus.

Fleur de lotus.

Quelques minutes d’évasion dans un lieu exceptionnel : la bambouseraie d’Anduze.

Après l'espace des bonzaïs, il reste le labyrinthe et la jardinerie où l'on peut acquérir des plantes.

Pour finir, de nombreux artistes ont apporté au charme de la nature magnifiée par le travail des hommes, des œuvres éphémères. Ces expositions ajoutent un supplément de beauté et de rêve.

Sachez enfin que la visite du site web de la bambouseraie est incontournable, à la fois parce qu’il décrit précisément le parcours et la richesse du parc, qu’il en précise l’esprit, par exemple une vraie démarche écologique, mais également une volonté de culture et de rencontre. Il permet de réserver ses places, de prendre connaissances des expositions.

www.bambouseraie.com

 

Je tiens à rappeler à mes lectrices/lecteurs que mes articles ont pour unique but de vous faire part de mes découvertes, expériences, réflexions et rencontres. Ils ne sont en aucune manière liés à ce que l'on appelle communément de la publicité. Je ne gagne pas ma vie avec mon blog ! Par contre, je peux faire gagner de l'argent à ceux dont je parle, puisque je contribue à les faire connaître. Mais cela me semble inévitable et pourquoi pas, s'ils le méritent par leur qualité ? A moi de ne pas me tromper !

Merci de votre attention.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens