Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 13:09

Comment revoir Toulouse, sans penser à la musique de Claude qui continue d'habiter cette ville? Il a chanté aussi magnifiquement Paris, mais l'évocation de sa ville originelle réveille les souvenirs d'enfance...

"Mon cartable est bourré de coups de poing", dit-il,

...et la nostalgie du passé qui n'est plus. Sa ville bouillonnante, indomptable, rouge et noire. - passion et mort, révolution et anarchie... - agite en lui des émotions dévorantes qui ont fait de lui un artiste extrêmement touchant. Aujourd'hui encore, qui peut sans vibrer écouter ses textes et ses musiques ?

 

Il y a quelques mois, l'occasion m'a été donnée de déambuler dans la ville rose. Je l'ai abondamment photographiée, afin de continuer à l'admirer chez moi. Me promenant un soir, la long de la Garonne, j'ai assisté à la tombée de la nuit. J'en ai ramené ces paysages aux couleurs et atmosphères étonnantes.

Comme la musique de Claude Nougaro me revenait, j'ai eu envie de m'y replonger, ce qui m'a inspiré le poème qui suit.

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.
Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Voici le Pont-Neuf. Le jour qui se retire nous serre un peu le cœur. Heureusement, la Garonne y coule sereinement. C'est rassurant.

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.
Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Ici, des amoureux. Plus loin, des promeneurs qui ne tarderont pas à se croiser. Les uns rentrent chez eux, les autres prolongent le plaisir magique de la soirée. Qui sont-ils? Où vont-ils? Je me prends à rêver à leur destinée...

A peine quelques pas de plus, voici, encadrée par une arche et son reflet dans l'eau, une parcelle de ville que l'obscurité n'a pas encore gagnée.

Au loin, la Garonne est franchie par un pont métallique, le pont Saint-Pierre. Ce dernier précède le pont des Catalans.

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Avant de passer sous le Pont-Neuf, on se cogne aux puissantes piles, impressionnants boucliers qui ont résisté jusqu'alors aux crues les plus violentes, grâce aux crêtes, que vous apercevez, fendant l'eau, conçues habilement pour dévier le courant des piles.

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Nous voici de l'autre côté ! La perspective rend immense le premier "dégueuloir". Leur usage sauva plus d'une fois le pont et la ville en brisant la force des crues. Celui-ci ne veut pas renoncer à la lumière, semble-t-il..

 

La construction du pont date du XVIème siècle - 1542 plus exactement - elle s'acheva au siècle suivant.

D'une longueur de 220 mètres, il a été doté de sept arches irrégulières, qui contribuent à sa solidité. Il relie la cité à Saint-Cyprien que l'on devine au loin.

 

Il suffit de s'éloigner du pont pour le découvrir, dans la magnificence de l'éclairage du soir.

 

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.
Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Quelques minutes après, tel un chant du cygne, le ciel jette un dernier voile bleu, sombre néanmoins, pendant que la jeunesse goûte la douceur du soir, avant d'aller danser peut-être, sur la péniche aménagée à cet effet.

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Maintenant la nuit gagne. Le ciel et l'eau du fleuve se confondent.

Sur la Garonne, les ponts suivants barrent la vue, qui peine à reconnaître le dôme de la chapelle Saint-Joseph de l'hôpital de la Grave.

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

La nuit est là.

La chapelle s'est illuminée à son tour.

Son dôme dressé vers le ciel, certains diraient qu'elle affirme sa suprématie spirituelle, face à la matérialité du Pont-Neuf. Mais si elle protège les âmes de la ville, le pont lui en protège les vies !

Ma promenade s'achève ici, pour cette fois. Je songe à la nostalgie de revoir sa ville que le poète toulousain continue de chanter pour nous...

"Si l'un (des avions de Blagnac) me ramène sur cette ville

Pourrais-je encore y revoir ma pincée de tuiles?"

Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.
Toulouse, ô Toulouse ! Hommage à Claude Nougaro.

Pensée pour Claude Nougaro, à propos de Toulouse

 

Enivrée de soleil ,

Comme l’abeille qui chancelle et s’enfouit à l’ombre des lantanas

Comme le taureau révolté qui hait les hommes

Et se bât sans répit, malgré la sueur aveuglante qui lui brouille la vue

Et la vie

 

La voilà La ville !

L’unique, à vous serrer les tempes où coule

Le sang bouillonnant du Sud,

A vous précipiter dans le fleuve sacré, néanmoins, dévastateur-mirage,

Il vous tend les bras comme l’amante-sirène, incapable de chanter

Autre mélopée que la passion extrême ! 

Fascination qui vous mène au vertige à peine contenu,

 

La voilà Ta ville !

Les couleurs s’y déclinent en mode bleu et rose;

Les musiques ne vont aux graves que pour magnifier

Ces voix surhumaines, qui éclatent

En d’infinis opéras.

Morvane.

 

**************************

Pardon à mes chers lecteurs et lectrices pour leur avoir fait subir des publicités non voulues, phénomène dû au fait que je n'ai pas pu publier d'articles pendant mes vacances -  je vous promets quelques bons moments ! - Que faire quand la 3G n'est pas encore arrivée dans les campagnes? Quand il n'y a pas l'espoir du smatphone, car le réseau est inexistant ou insuffisant? Quand l'accès à Internet a lieu à l'office de tourisme, au milieu du bruit et de l'agitation ?   

Merci de votre indulgence. Je tâcherai de veiller au grain, à l'avenir !

Partager cet article

Repost 0
Published by morvane
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens