Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 16:20

~~A quelques kilomètres de la belle ville de BEZIERS, un ingénieux ouvrage atteste du bouillonnement intellectuel, scientifique, technique, artistique et politique du règne de LOUIS XIV.

Maitre absolu, pour le meilleur et pour le pire - Je m’en tiendrai, ici, au meilleur - ce mégalomane inspiré, sut détecter les talents dont la France avait besoin pour survivre, aux guerres, aux frondes, aux crises économiques et pour briller de tous ses éclats aux yeux du monde, grâce à ses artistes, ses philosophes, ses bâtisseurs d’ouvrages civils et militaires et ses ministres.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~Faisons un peu d’histoire.

On reconnait un grand dirigeant à ce qu’il sait s’entourer - le mot est trop vague, trop réducteur - disons plutôt détecter les talents dont le pays a besoin. Cela veut dire faire confiance, déléguer une partie de ses pouvoirs, protéger également ces personnalités capables de rendre les meilleurs services et bien sûr, trouver les moyens nécessaires à ces réalisations.

LOUIS XIV, dont le pouvoir, dans sa jeunesse, avait été malmené par la fronde des grands Nobles, préféra s’entourer de bourgeois talentueux et dévoués. Il confia ainsi les affaires de la France à COLBERT.

Quand ce dernier devint ministre, le commerce était en crise. La production de vin avait chuté ainsi que le prix des céréales, ruinant les petits exploitants agricoles. Il est évident que le commerce est la condition du développement économique. Il doit donc circuler aisément. L’idée de relier les « Deux mers », l’Atlantique et la Méditerranée, prend corps. Le CANAL ROYAL reliant TOULOUSE à SETE se dessine dans les imaginations. A la Révolution, il prendra le nom de CANAL du MIDI.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.
Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~COLBERT avait vu beaucoup plus loin :

Non seulement le commerce français allait créer des richesses, amener la prospérité (emplois, élévation du niveau de vie, enrichissements… sans oublier la gloutonnerie des caisses de l’Etat !), mais en permettant d’éviter aux marchandises de contourner l’Espagne pour passer par le détroit de Gibraltar, la nouvelle voie de communication ruinerait le commerce espagnol. Souvenez-vous de la rivalité séculaire entre la FRANCE et l’ESPAGNE et les nombreuses guerres que LOUIS XIV dut mener pendant son règne.

Notons que les Romains déjà, avec l’empereur AUGUSTE, puis plus tard, d'autres monarques comme CHARLEMAGNE, FRANCOIS Ier, HENRI IV … en avaient rêvé, dans la crainte des attaques de Barbaresques en Méditerranée.

Au XVIIème siècle, COLBERT fait appel à un riche autodidacte, visionnaire, ingénieux, dévoué – s’il tire profit du canal, il y consacrera une grande partie de sa fortune – Pierre Paul RIQUET, natif de BEZIERS.

~~Le coût est impressionnant, or les finances de l’Etat sont au plus bas. Le budget de 6 milliards de livres sera largement dépassé, pour atteindre 18 milliards de livres de l’époque.

Qui paie ? - Le Roi pour 40% - La province du Languedoc pour 40% - Pierre Paul RIQUET, lui-même, pour 20%. Il deviendra propriétaire du Canal et ses descendants continueront de payer 2 millions de livres pendant plus de 50 ans! A notre époque où des sportifs, des artistes, des grandes fortunes, quittent la France en crise, pour échapper à l’impôt démocratique, il y a de quoi rester songeur…

La réalisation : COLBERT autorise le creusement en 1666. L’immense chantier qui s’achèvera en 1681, est confié à Pierre Paul RIQUET. Celui-ci recrute les meilleures compétences. Il en faut, ainsi que de l’audace. Il s’agit d’abord de récupérer les eaux de la montagne Noire par un système de barrage-réservoirs. Les travaux connaissent de nombreux problèmes, parmi lesquels, le niveau. Nous ne sommes pas ici dans le « plat pays » cher à Jacques BREL. Sur une telle distance, 241 km, le dénivelé atteint 132 m. Les ingénieurs, techniciens et ouvriers creusent la voute de MALPAS et pour ce qui nous intéresse aujourd’hui, la fameuse enfilade des 8 écluses de FONTSERANNES (parfois écrit avec un seul « n »).

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.
Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

Voici l'ouvrage tel qu'on le voit d'en bas ainsi que le plan du site.

~~Il suffit de se retourner pour admirer la jonction des deux voies : l’une à droite où se trouve le point d’embarquement. Les bateaux, essentiellement de plaisance aujourd’hui, y stationnent en attendant de passer les écluses. A gauche, l’eau se dirige vers le Pont-Canal de l'Orb.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.
Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

Ci-dessus, un premier bateau attend son tour.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~L’originalité et la beauté de l’ouvrage résident dans la forme ovoïde des écluses.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~Portes fermées. Elles attendent que les bateaux qui montent soient mis à niveau pour s’ouvrir, où que les bateaux qui viennent en sens inverse soient descendus au niveau de l’écluse en premier plan.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

Cette fois, les choses deviennent sérieuses. Sous les regards curieux des promeneurs, les bateaux doivent manœuvrer pour se faire une place.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

Ils doivent se serrer les uns contre les autres. A terre, un membre de leur équipage les guide parfois.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~Maintenant, il faut attendre que l’eau monte dans l’écluse suivante pour être à niveau, afin de la franchir.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~Déjà, les portes se ferment lentement.

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~Prêts à passer la dernière ! Attention aux chocs !

Les Ecluses de Fonserannes, une promenade Grand Siècle.

~~Bientôt les bateaux accèderont à la nonchalance du Canal et poursuivront leur périple tranquille. Ils auront monté le dénivelé de 21 mètres environ, sur une distance de 300mètres.

~~Bon voyage ! Ces photos ont été prises par mes soins, à l’automne 2013, d’où le ciel variable et le nombre limité de visiteurs. J’ai dû beaucoup les diminuer et les recadrer parfois de façon drastique, à mon grand regret, car les cieux mi sombres, mi bleus aux nuages de belles nuances de gris et blanc étaient magnifiques.

~~Bien sûr, je suis loin d’avoir traité de manière exhaustive le sujet. Nécessité oblige !

Néanmoins, et par bonheur, de nombreuses informations sont à la disposition de ceux qui veulent en savoir plus. En dehors des ouvrages historiques – le XVIIème siècle, vous imaginez ! – le travail effectué sur WIKIPEDIA, tant à propos de RIQUET & FONTSERRANES que du CANAL DU MIDI, permet de se faire une bonne idée de notre sujet.

En particulier, vous y découvrirez des détails techniques sur la construction du Canal, un portrait plus complet de Pierre Paul RIQUET, notamment les conditions de travail des 12 000 ouvriers, dont un tiers de femmes, à qui, M. RIQUET avait attribué :

- la mensualisation des payes

- des avantages sociaux inédits, comme le chômage des jours de pluie

- le paiement des dimanches et jours de fête

- et les congés de maladie.

C’était au XVIIème siècle, sous la monarchie !

Rendez-vous au XIXème siècle, au moment de la Révolution industrielle, qui vit le triomphe de la bourgeoisie, et comparez avec la condition des ouvriers dans les mines et le textile, entre autres !

Merci de votre attention et n’oubliez pas de vous inscrire pour être averti des prochains articles. Mes articles me demandent du travail, donc j’écris peu. Cela vous évitera de venir sur le blog pour rien ! Morvane.

Partager cet article

Repost 0
Published by morvane
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Morvane
  • Le Blog de Morvane
  • : Une vraie dilettante ! Tout m'intéresse : les Lettres, les Arts, l'Histoire, les Sciences & les Techniques, les Sociétés & leurs Cultures, la Philosophie...Dilettante, oui, mais pas superficielle ! Car, sitôt qu'un sujet attire mon attention, j'ai envie de l'explorer et d'en savoir le plus. D'où mes recherches. Mais garder ses découvertes pour soi, est vain et égoïste. Aussi, j'aime les partager à travers ce blog. Enfin, j'ai la passion d'écrire. Je suis amoureuse de la langue française et elle me le rend bien par ses innombrables écrivains et poètes.
  • Contact

Rechercher

Liens